Actualités

Conditions méteorologiques - Sécurité routière

 
 
 Conditions météorologiques

Lundi 27 novembre - 16h : Le département est maintenu en vigilance jaune PLUIE-INONDATION, VENT VIOLENT. Prudence sur le littoral et sur les routes : Adaptez sa conduite aux conditions météo. Surveillez le site de Météo France.

Lundi 27 novembre - 16h : Méteo-France maintient le département de la Seine-Maritime en vigilance jaune "PLUIE-INONDATION, VENT VIOLENT"

Le vent de secteur sud-ouest se renforce dans la soirée. Les rafales sont comprises entre 60 et 80 km/h de l'intérieur vers le littoral voire même 90 km/h sur nos côtes.

Entre les pluies du jour et celles de la nuit, les cumuls d'eau atteignent entre 15 et 30 mm voire 35 mm plus localement. En seconde partie de nuit, le temps se calme avec la perturbation qui s'évacue par le Sud et des pluies qui s'estompent.


Pluie-inondation

Le phénomène pluie-inondation

Les pluies intenses apportent sur une courte durée (d'une heure à une journée) une quantité d'eau très importante.

Cette quantité peut égaler celle reçue habituellement en un mois (normale mensuelle) ou en plusieurs mois.

Dans le Sud de la France, les cumuls observés peuvent dépasser 500 mm (1 mm = 1litre/m2) en 24 heures. Pour les phénomènes les plus violents, le cumul dépasse les 100 mm en une heure. Les fortes précipitations peuvent résulter de plusieurs phénomènes météorologiques :

  • des orages violents et stationnaires
  • une succession d'orages localisés
  • une perturbation associée à des pluies étendues

Les pluies en ruisselant et se concentrant dans les cours d'eau peuvent causer des inondations. L'inondation peut être due à une montée lente des eaux en région de plaine, à la formation rapide de crues torrentielles ou au ruissellement pluvial.

L'importance de l'inondation dépend de trois paramètres : la hauteur d'eau, la vitesse du courant et la durée de la crue. Ces paramètres sont conditionnés par les précipitations, mais également par l'état du bassin versant et les caractéristiques du cours d'eau.

Dans les régions méditerranéennes, en particulier durant l'automne, des remontées d'air chaud et humide peuvent provoquer des cumuls de plusieurs centaines de litres d'eau/m2 en seulement quelques heures. Les pluies orageuses du sud-est du Massif Central provoquent d'importantes inondations dans cette région (par exemple : les inondations catastrophiques de Nîmes en Septembre 2005 où un cumul de près de 430 mm a été atteint).

Tout le territoire de la France métropolitaine peut être exposé aux pluies intenses. Elles sont cependant plus fréquentes dans les régions méditerranéennes et les Alpes.

Les pluies intenses peuvent provoquer des crues-éclair dévastatrices, en particulier dans les zones montagneuses (Vaison-la-Romaine le 22 septembre 1992, Le Grand-Bornand le 14 juillet 1987).

Au contraire, il se peut qu'il ne pleuve plus mais que le cours d'eau sorte néanmoins de son lit ; c'est en particulier le cas des cours d'eau dit « à crue lente » tels que la Seine ou par exemple la Somme en 2001.

Les inondations de grande ampleur résultent généralement de pluies intenses persistantes. Le danger est amplifié l'hiver, lorsqu'il y a peu d'évaporation et que les sols sont saturés d'eau . La fonte du manteau neigeux contribue aussi à élever le niveau des rivières. L'eau de pluie ruisselle vers les rivières, trop rapidement pour s'écouler ensuite, et celles-ci sortent de leur lit. Ces évènements sont plus fréquents dans les régions méditerranéennes et dans les Alpes.

Des pluies d'intensité modérée, qui durent  plusieurs jours peuvent également provoquer des inondations par montée lente et progressive des eaux, c'est le cas de cours d'eau tels que la Seine.


Qu'est-ce qu'un vent violent ?

Un vent est estimé violent donc dangereux lorsque sa vitesse atteint 80 km/h en vent moyen et 100 km/h en rafale à l'intérieur des terres. Mais ce seuil varie selon les régions, il est par exemple plus élevé pour les régions littorales ou la région sud-est.

L'appellation " tempête " est réservée aux vents atteignant 89 km/h (force 10 Beaufort).

Le vent est un déplacement de l'air représenté par une direction (celle d'où vient le vent) et une vitesse. La vitesse est exprimée communément en km/h, mais le Système international utilise comme unité les m/s et les marins et pilotes les nœuds (1 nœud = 1,852 km/h).

La mesure du vent est toujours une moyenne sur une période précise.

En météorologie, on utilise :

  • le vent moyen sur 10 minutes mesuré à 10 mètres de hauteur
  • la rafale, une moyenne sur environ 0,5 seconde (instruments utilisés par Météo-France).
Les vents forts ont plusieurs origines :

Les tempêtes
 En mer, on appelle tempête une dépression atmosphérique qui génère un vent moyen supérieur à 90 km/h.

Sur terre, on parle de tempête quand la dépression génère des rafales supérieures à 90 km/h.

En France, le diamètre des tempêtes est inférieur à 1000 km. Les tempêtes venant de l'Atlantique se déplacent rapidement, jusqu'à 100 km/h. En un point, leur durée n'excède pas quelques heures.

Les orages
 Ils sont à l'origine de vents forts et brefs (quelques minutes) sur une zone restreinte (quelques kilomètres carré). Les cumulonimbus, nuages caractéristiques de l'orage, animés par des mouvements verticaux puissants, créent des rafales de direction imprévisible.


Communication de madame la préfète au 20 octobre :

Entre le 1er janvier et le 19 octobre 2017, 561 accidents ont eu lieu sur les routes de la Seine-Maritime contre 609 sur la même période en 2016. Malgré cette baisse de 7,9%, 43 personnes ont perdu la vie, un chiffre identique à la même période 2016.

 "Un chiffre bien trop élevé. Derrière chaque accident, il y a des vies humaines brisées". En ce début de vacances de la Toussaint générant d’importants flux de circulation et constituant une période particulièrement sensible en matière d’insécurité routière. Fabienne Buccio, préfète de la région Normandie, préfète de la Seine-Maritime, appelle "les automobilistes à redoubler de prudence vis-à-vis des usagers les plus vulnérables et à respecter strictement le code de la route."

 Les services de police et de gendarmerie sont particulièrement mobilisés sur les routes du département. Une sévérité particulière sera appliquée face aux excès de vitesse, conduite sous l’emprise d'alcool et de stupéfiants, distracteurs de conduite tel le téléphone, non port des équipements de sécurité.

 A cette période, les brusques changements climatiques peuvent surprendre plus d'un usager de la route. Brumes, pluies et brouillards sont souvent à l’origine de nombreux accidents dus, notamment, aux mauvaises conditions de visibilité ou d’adhérence des roues sur la route.

 À la mobilisation quotidienne des forces de police et de gendarmerie doit s’ajouter" la responsabilité permanente de chaque usager de la route qui doit adapter sa conduite aux conditions météorologiques."

Quelques conseils, avant de prendre la route :

Vérifier l’état des pneumatiques et leur pression, l’état des feux de signalisation, sans oublier

les phares antibrouillard (avoir à bord des ampoules de rechange),

vérifier l’état des balais d’essuie-glace, nettoyer le pare-brise, les vitres et les rétroviseurs

avant de démarrer (se munir en permanence du nécessaire pour essuyer et désembuer),

Vérifier également le bon état des freins et la présence dans l’habitacle d’un gilet de sécurité

ainsi que celle dans le véhicule, d’un triangle de présignalisation homologué. Ces deux

équipements sont obligatoires.


Avec l’arrivée de l’automne, vous serez plus que jamais confronté aux caprices de la météo.

Brumes, pluies et brouillards sont souvent au rendez-vous et à l’origine de nombreux accidents dus, notamment, aux mauvaises conditions de visibilité ou d’adhérence des roues sur la route.

Conseils sur le site de Bison futé