Police de Sécurité du Quotidien

 
 
Police de Sécurité du Quotidien

Depuis les attentats du 13 novembre 2015, la France vivait sous le régime de l’état d’urgence. Ce dernier avait été prorogé à plusieurs reprises par les gouvernements successifs. S’il a permis de prévenir plusieurs attentats, il ne peut cependant pas être une solution durable face à la menace terroriste actuelle.

La loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme doit permettre d’adapter l’arsenal juridique destiné à lutter contre le terrorisme et permettre une sortie de l’état d’urgence au 1er novembre 2017.

Après le temps de la concertation, les premières expérimentations débuteront dès janvier 2018.

Avec la Police de Sécurité du Quotidien, le Gouvernement s’est engagé dans une évolution des missions de la police et de la gendarmerie pour répondre à la première préoccupation des Français : la sécurité.

Aujourd’hui, malgré l’engagement de nos forces de sécurités intérieures, certains de nos concitoyens sont en perte de confiance en la capacité de l’État à les protéger. Comme l’a souligné le Président de la République dans son discours du 18 octobre, l’insécurité ressentie par nos concitoyens provient autant de la menace terroriste que des infractions commises au quotidien.

La sécurité du quotidien, c’est lutter contre tout ce qui fait naître un sentiment d’insécurité chez nos concitoyens et qui leur donne l’image de l’impuissance publique : les cambriolages, les infractions routières, les implantations et campements illicites, les rodéos sauvages, les occupations des halls d’immeubles, les incivilités dans la rue et dans les transports, ou le harcèlement de rue pour les femmes.

Pour répondre à cette ambition, cet impératif doit aujourd’hui être replacé au cœur de la mission confiée à la police et à la gendarmerie autours de trois fondamentaux : la satisfaction des besoins des usagers, leur protection et la résolution de leurs problèmes.

Gérard COLLOMB, ministre d’État, ministre de l’Intérieur, a souhaité pour ce faire donner la parole à l’ensemble des  policiers et des gendarmes pour s’assurer que « l’évolution de leurs missions sur le terrain soit au plus proche de leurs besoins et de leurs attentes ».

Dans ce cadre, Fabienne BUCCIO, préfète de la région Normandie, préfète de la Seine-Maritime a lancé, vendredi 17 novembre, une concertation qui a pour objectif de permettre aux forces de sécurité, aux élus et aux partenaires institutionnels d’échanger sur les besoins et les attentes de nos concitoyens mais également sur les missions exercées par les forces de l’ordre et leurs modalités d’exercice.

Les réunions conduites en présence des représentants des forces de police et de gendarmerie sont l’occasion de partager leurs expériences de terrain quotidiennes en termes humain, matériel et logistique et de formuler des propositions concrètes d'évolutions des dispositifs.

Cette concertation se poursuit avec plusieurs réunions organisées au sein de chaque arrondissement (pour un total de dix réunions) et se clôturera jeudi 14 décembre prochain par une réunion de consultation des partenaires locaux de l’arrondissement de Rouen en présence de M. le procureur de la République près le tribunal de grande instance de Rouen.

Suite aux résultats de cette concertation, de nouveaux dispositifs et de nouvelles méthodes de travail seront expérimentés, à partir de janvier 2018, dans une série de territoires reflétant la diversité du pays et de ses problématiques (quartiers urbains, zones péri-urbaines, territoires ruraux), dans l’hexagone et outre-mer.

5 priorités pour la police et la gendarmerie au quotidien

 Une police aux ambitions renouvelées

La sécurité et la lutte contre la délinquance de nouveau au cœur de l’action des policiers et des gendarmes : le sens de l’action retrouvé.

  • Des policiers et gendarmes plus nombreux et plus présents sur la voie publique
  • Des procédures simplifiées et allégées
  • Des moyens de sanction immédiats par des amendes forfaitaires : détention de stupéfiants, harcèlement, petites incivilités...
 Une police respectée

Des agents mieux équipés et mieux protégés.

  • Des effectifs supplémentaires, de nouveaux modules de formation et un budget en augmentation qui sera préservé
  • Un parc immobilier rénové et des conditions de travail améliorées
  • Un parc automobile renouvelé et adapté
  • Des équipements et des armements modernisés
  • Une protection des fonctionnaires réaffirmée et des procédures d’anonymisation renforcées
  • Un engagement à l’exemplarité, parce qu’une institution respectable est une institution respectée
 Une police sur mesure

À chaque territoire, une réponse adaptée pour restaurer la tranquillité.

  • Une adaptation des moyens aux problématiques de chaque territoire de Métropole et d’outre-mer
  • Des dispositifs opérationnels décidés à partir de la réalité du terrain et la fin des grands modèles identiques appliqués à tout le territoire
  • Une plus grande autonomie pour les responsables territoriaux de la police et de la gendarmerie dans l’opérationnel et la gestion
 Une police connectée

Une police et une gendarmerie connectées pour plus d’efficacité et plus de facilité.

  • Des services dématérialisés pour les usagers
  • Des agents connectés grâce à des smartphones et des tablettes avec un accès direct à de nouvelles applications
  • De nouveaux moyens vidéo au service de la sécurité : déploiement de caméras-piéton pour les agents et poursuite de l’équipement en vidéo-protection des communes et réseaux de transports
 Une police partenariale

La sécurité et la vigilance sont l’affaire de tous. Les acteurs, publics ou privés, doivent travailler ensemble, et pas côte à côte.

  • Davantage de coopération de tous les acteurs de la sécurité du quotidien des Français : élus, autorités administratives et judiciaires, polices municipales, réseaux de transports, services et bailleurs sociaux, sécurité privée, associations, commerçants
  • Un renforcement des initiatives de coopération existantes ayant fait leurs preuves
  • Un accompagnement des initiatives locales : aménagements de sécurité, action des polices municipales, etc.
  • Un développement de l’engagement citoyen via les réservistes de la garde nationale et des dispositifs de de participation aux missions de sécurité (opérations tranquillité, etc.)

Dossier de presse - Police de sécurité du quotidien